Accueil du siteEspaceDomainesEspaceSportEspacePour ce que courir est le propre de l’homme
10
12
2013

Étude

Pour ce que courir est le propre de l’homme

TAGS : Chaînon manquant | Civilisation | Climat | Course à pied | Évolution | Métamorphose | Poils | Soleil | Transpiration | Vitesse
Modifié le : 12 septembre 2014

Rabelais pensait lui que rire était le propre de l’homme (ce qui n’est pas scientifiquement exact, on le sait depuis), en revanche, de tous les membres de notre auguste lignée (dont il nous manque toujours un chaînon), l’homme a fait de la course à pied une spécificité qui a profondément modelé son physique et qui nous fait aujourd’hui trembler d’émotion devant les performances d’un Usain Bolt...

evolution

L’homme se distingue des autres membres de sa lignée par sa capacité à courir.

Je suis toujours fasciné par ce moment de notre histoire très ancienne où notre ancêtre se sépare des singes et devient un humain. Ainsi, l’une des grandes différences entre les singes et nous, c’est notre bipédie. Nos cousins à poils, certes, peuvent marcher sur deux jambes, mais la plupart du temps, ils se déplacent à quatre pattes.

De fait, nous sommes sur terre considérés comme « le bipède de l’année »... depuis quelques millions d’années ! Nous sommes en effet les seuls êtres vivants à nous tenir debout sur nos deux jambes, avec une belle allure et une décontraction totale. L’autre espèce - la seule - qui pourrait nous contester ce titre est le pingouin. D’ailleurs, il nous suffit de mettre un smoking pour voir à quel point nous sommes proches de cet animal par notre aplomb sur deux pattes.

Les pingouins sont les seuls êtres vivants, avec les humains, à être très à l’aise debout sur deux pattes.

Nous ne sommes pas les seuls êtres vivants bipèdes, mais les autres, comme les autruches, n’ont pas la même structure morphologique, c’est-à-dire tout le corps à la verticale sous la tête.

Quand et pourquoi sommes-nous devenus bipèdes ?

Les scientifiques ne le savent pas vraiment. L’hypothèse la plus répandue est que notre ancêtre dans le grand rift africain a quitté les arbres qui se raréfiaient et pour traverser la savane a trouvé que la station debout était plus pratique. En fait, la bipédie présente aussi des inconvénients, on ne peut donc certifier qu’elle a donné aux individus qui l’avaient adoptée un « avantage » qui se serait ensuite transmis par l’hérédité. Ce n’est donc qu’une hypothèse. La bipédie n’est pas incompatible avec la vie dans les arbres. Elle a pu naître d’ailleurs dans les branches et se renforcer quand l’homme est allé dans la savane.

Donc, on ne sait pas exactement. Une hypothèse est que les premiers hommes qui se sont redressés ont montré leur zizi aux filles, qui ont aimé et se sont accouplées plutôt avec ceux-là. C’est un peu tiré par les c... cheveux, mais c’est une hypothèse sérieuse. Il ne faut pas oublier que si l’évolution, selon la célèbre formule du biologiste Jacques Monod, est le fruit du hasard et de la nécessité, c’est quand même largement aussi (sinon avant tout) le fruit des préférences des femmes, lesquelles, c’est bien connu, sont maîtres dans le maniement du « j’aime/j’aime pas » [1].

Il faudrait découvrir des fossiles très anciens (entre 10 et 5 millions d’années) pour comprendre l’origine de cette évolution clé de notre lignée, mais ce n’est malheureusement pas encore le cas.

Un trou qui en dit long

Car on ne devient pas bipède du jour au lendemain. Tout est lié au trou occipital. C’est par ce trou que passe tout le câblage qui relie le cerveau au reste du corps. C’est là que la colonne vertébrale s’attache au crâne. Le bipède a tout son corps sous sa tête. Le trou occipital est donc situé à la base du crâne. En revanche, chez les mammifères quadrupèdes, le trou occipital est à l’arrière du crâne, ce qui aligne la colonne vertébrale à l’horizontale.

trou-occipital

La bipédie suppose que le trou occipital est à la base du crâne et non vers la nuque comme chez le chimpanzé, quadrupède.

La question est donc de savoir si l’homme s’est redressé entraînant petit à petit un déplacement du trou occipital vers la base du crâne ou s’il s’est redressé parce que ledit trou se déplaçait.

En effet, des scientifiques ont montré que la « migration » du trou occipital de l’arrière vers la base du crâne est une évolution spontanée du fœtus, qui n’est pas nécessairement liée à une nécessité vitale d’adaptation.

Autrement dit, l’homme est peut-être devenu bipède à l’insu de son plein gré, sans mobile apparent. Mais visiblement, cela a plu aux filles...

Courir change tout

Mais à partir de là, tout a changé pour l’homme. Pour échapper aux prédateurs ou pour chasser de nouvelles proies, il s’est en effet mis à courir. La course est devenue pour lui un enjeu vital (et un plaisir ?) et il n’a eu de cesse de perfectionner cette aptitude assez spécifique. La course à pied a modelé sa morphologie et il est devenu l’homme moderne que nous connaissons. Sans elle, notre physique serait encore très proche de celui des singes.

Usain Bolt est considéré comme l’homme le plus rapide de toute l’histoire. Mais je suis certain que nos lointains ancêtres sont allés plus vite encore...

Question vitesse, les champions toutes catégories sont naturellement les félins, et notamment le guépard, le roi de la course. Voici les performances relatives des animaux (en km/h) [2] :

Animal Vitesse maximale Vitesse moyenne
Guépard 120 sur 100 m 94 sur 500 m
Gazelle Springbok 115 sur 400 m 88 sur 2000 m
Chevreuil 105 78
Cerf et Biche 105 78
Autruche d’Afrique 100 73
Gazelle Dorcas 95 68
Gnou 90 64
Cheval de course 88 sur 400 m 62 sur 2000 m
Zèbre 85 sur 400 m 58 sur 2 km
Lion 85 sur 20 m 58 sur 100 m
Panthère 85 58
Tigre 85 58
Lièvre 85 58
Mouflon d’Europe 85 58
Girafe 85 58
Bison 75 48
Chacal 75 48
Loup d’Europe 75 48
Sanglier 75 48
Rhinocéros Noir 75 48
Jaguar 65 40
Lapin de garenne 65 38
Chien Dingo 65 38
Athlète humain (Usain Bolt) 44,72 sur 20 m 37,58 sur 100 m
Lézard, Gélinotte 40 32
Mouton 40 24
Éléphant 40 24
Chameau 40 24
Serpent Mamba Noir 40 23
Cochon 30 18
Poulet 25 15
Crocodile 20 13
Crabe 20 12
Tortue 0.370
Escargot 0.050

On le voit, notre champion, Usain Bolt, n’est pas le plus véloce de la création, même si nous en avons fait un dieu du stade. L’autruche court plus vite !

Voyez ce document étonnant de National Geographic qui compare la course d’Usain Bolt à celle d’un guépard :

Comment expliquer la performance du guépard ?

guepard

La rapidité du guépard tient dans la puissance des muscles de son dos.

Le guépard a de petites pattes. Toute la puissance vient des muscles qui entourent sa colonne vertébrale. Ce sont eux qui, en se contractant, propulsent l’animal. C’est le même principe pour les autres mammifères à quatre pattes, comme le cheval ou le chien.

muscles

Ce sont essentiellement les muscles de la cuisse qui assurent la performance pendant une course.

La puissance nécessaire à la course chez l’homme vient de ses cuisses. Il se propulse en l’air en frappant sa jambe sur le sol. Toute la performance d’un coureur est donc grandement liée à la puissance de ses jambes, mais aussi aux caractéristiques techniques de ses chaussures et de la piste, qui doivent favoriser le rebond de l’athlète.

Voici, au ralenti, la course d’Asafa Powel [3]. On peut ainsi décomposer le mouvement du coureur et on découvre qu’il reste très longtemps en suspension :

Le rêve des premiers hommes : courir nu comme un ver !

Au cours de son évolution, l’homme a donc exploité la bipédie pour développer la course à pied. Cet usage a dû être intensif car son physique a évolué en fonction de cette activité.

La première conséquence est que l’homme a perdu ses poils. Son pelage était un frein à la course. On court plus vite nu qu’en vison ! Et surtout plus longtemps ! Les animaux à fourrure courent plus vite que l’homme, certes, mais ils s’épuisent aussi plus vite, l’homme n’a plus qu’à leur courir après et à attendre qu’ils s’effondrent. C’est sa technique pour chasser ; on l’appelle la course à l’épuisement.

On sait que les poils permettent à un très grand nombre d’animaux à sang chaud, comme les mammifères, de maintenir leur température interne. Ils protègent du froid, mais aussi de la chaleur. L’homme, au cours de son évolution, a considéré que les poils le handicapaient pour courir, il s’en est donc débarrassé (sur quelques millions d’années...) et a préféré, pour se maintenir au chaud par grand froid, porter des vêtements et allumer du feu. Malgré tout, il a gardé quelques poils ici ou là : sur la tête, sous les aisselles, dans les parties génitales. Il a aussi gardé des cils et des sourcils, qui servent à protéger les yeux. Quelques poils au nez et aux oreilles semblent là pour prévenir d’éventuelles visites de petits insectes. Les cheveux protègent des rayons du soleil. Quant à la barbe et aux poils des aisselles ou des parties génitales, on ne sait pas bien pourquoi il les a gardés. Mystère.

Tout ce qu’on sait c’est qu’il y a 1,2 millions d’années, l’homme qui, auparavant, avait sous son pelage une jolie peau de poulet tout rose (comme les singes), a vu apparaître une peau noire pour se protéger du soleil. On n’a pas de restes de la peau de nos ancêtres fossiles, évidemment, mais on a pu le savoir par l’ADN des os retrouvés. La peau noire est due à la sécrétion de mélanine (c’est elle qui nous fait bronzer l’été). Donc, nous avons d’abord été tous roses, puis tous noirs, et nous sommes devenus blancs, ou basanés, selon la quantité de soleil de la région où nous avons migré.

transpirer

Pour se protéger de la chaleur en courant, l’homme a troqué ses poils pour la transpiration.

Mais la couleur de la peau ne suffit pas pour se protéger de la chaleur. C’est pour cela que notre ancêtre a inventé le truc que les filles adorent : la transpiration ! Il y a ainsi environ 3 millions de glandes sudoripares « eccrines » sur toute la surface du corps qui, en cas de température extérieure élevée ou d’effort intense, se mettent à sécréter un liquide incolore et inodore [4] pour rafraîchir la peau. Il existe d’autres glandes sudoripares, dites « apocrines », sous les aisselles, au niveau de l’anus, de l’organe génital et des mamelons, qui produisent de la sueur mais aussi les fameux phéromones, ces odeurs très « sexuelles » qui font tourner la tête aux filles (bien qu’elles ne soient pas très bien situées, ces glandes) [5].

Je sue donc je suis

Ainsi débarrassé de ses poils et doté d’une climatisation perfectionnée, l’homme s’est mis à courir nu comme un ver et est devenu chasseur. À l’époque, ne l’oublions pas, il était grand, à peu près 1 m 80 en moyenne, selon de récentes découvertes. C’est l’agriculture qui l’a fait rapetisser par la suite. Nos adolescents actuels ne font que retrouver la taille de nos athlètes chasseurs. On peut donc imaginer - pourquoi pas ? - que l’homme courait plus vite dans ce lointain passé qu’Usain Bolt aujourd’hui (pardon, Usain).

kelly-slater

De puissants fessiers sont indispensables pour courir. Ici, le surfeur Kelly Slater, héros d’Alerte à Malibu.

En tout cas, il devait courir très vite et très souvent, car pendant ces milliers d’années d’évolution, il a pris des fesses ! En effet, les singes, qui ne courent pas, n’ont pas de fesses. Ou presque pas. Elles leur servent juste pour s’asseoir. D’ailleurs, elles ont des callosités adaptées à cet usage. De bons fessiers, en revanche, sont indispensables pour courir. En effet, lorsque l’on court, le buste se penche en avant. Pour éviter que le corps ne bascule, il faut donc un muscle puissant qui le ramène en arrière. C’est ainsi que notre athlète de la vidéo ci-dessus, Asafa Powel, grâce à ses puissants muscles fessiers, court le buste bien droit ! Certains animaux utilisent leur queue pour contrebalancer la bascule du buste, mais l’homme n’ayant pas de queue, il a tout misé sur les fesses [6].

joggeurs

Des millions de joggeurs de par le monde expriment chaque jour, seuls ou en groupe, ce qui est le propre de l’homme depuis sans doute plus d’un million d’années, courir.

Autrement dit, notre silhouette actuelle est la conséquence de l’aptitude à la course à pied que nos ancêtres ont développée durant des milliers d’années. Notre peau nue, notre transpiration, la forme de nos pieds, le développement de nos fessiers — toutes ces caractéristiques qui distinguent l’homme des autres animaux sont celles d’un coureur à pied. C’est pourquoi je me suis hasardé à dire que courir était le propre de l’homme. Car il est physiquement adapté à la course. Il le sent si bien, au plus profond de lui-même, que même s’il passe maintenant beaucoup de temps assis, devant un écran ou au volant de sa voiture, il ne peut s’empêcher de courir dès qu’il a un moment de libre. Il entretient ainsi un « potentiel » qui doit lui paraître indispensable à la perpétuation de l’espèce, comme autrefois.

Pour ce que courir est le propre de l’homme

Je comprends mieux maintenant le goût immodéré de l’homme pour la vitesse, pourquoi il a inventé tant de merveilleux objets pour aller plus vite, encore plus vite, toujours plus vite : voitures, motos, avions, etc. Peut-être est-ce un moyen pour lui de se remémorer ce lointain passé où courir a assuré sa survie ?

Et voilà aussi pourquoi - désolé Mesdames - l’homme est profondément un coureur.

Post-Scriptum

La vraie raison du développement de la course chez l’homme

Une amie m’a envoyé ce dessin qui explique, selon elle, pourquoi l’homme a développé autant sa capacité à courir (cliquez sur le dessin).

Pourquoi pas ? Comme on ne sait rien, toutes les hypothèses doivent être accueillies sans esprit partisan.

À lire aussi

11 septembre 2014
Les coureurs de l’impossible : les Tarahumaras

La Sierra Madre occidentale dans l’Ouest du Mexique abrite une population qui intrigue les chercheurs par ses capacités physiques extraordinaires. Les Tarahumaras, puisqu’il s’agit d’eux, sont capables de courir plus de 100 kilomètres par jour sans trop se fatiguer ! Ils ont été sortis de leur anonymat en 2009 par la parution du livre de Christopher McDougall, Born to Run : a Hidden Tribe, Superathletes, and the Greatest Race the World Has Never Seen [7].

Cette célébrité est d’ailleurs en passe de détruire leur culture et leur tranquillité car leur aptitude très particulière à la course dans une région aux nombreux canyons a attiré les cartels de la drogue qui les utilisent pour des transports clandestins [8].

Quel est donc leur secret ? Les spécialistes sèchent un peu sur la réponse à cette question. Il y a cependant quelques pistes :

- ils courent pieds-nus, ou avec des sandales découpées dans du pneu. Lorsque l’on court avec des chaussures, l’attaque du pied se fait par le talon, ce qui produit des chocs à répétition et fatigue l’organisme. Lorsque l’on court pieds-nus au contraire, l’attaque du pied se fait par la plante et produit moins de chocs. Cela expliquerait en partie l’endurance de ces coureurs infatigables. D’ailleurs, de plus en plus de sportifs — notamment des marathoniens — ont recours à la course à pieds-nus ou en sandales légères pour éviter les traumatismes dus à des semelles trop épaisses qui perturbent le mouvement naturel.

- on pense aussi que leur mode de vie explique leurs capacités physiques exceptionnelles et notamment leur consommation abondante d’une certaine bière faite à base de maïs, le tesgüino. Ils sont aussi très habitués aux fêtes arrosées de lechuguilla, de la tequila à base de serpent et de cactus [9].

L’arrivée des Espagnols au XVIe siècle les a repoussés dans les montagnes de la Sierra Madre et ils sont restés longtemps isolés du reste du monde.

En les observant courir si facilement sur de longues distances on pense naturellement que nos lointains ancêtres devaient être aussi à l’aise qu’eux lorsqu’ils pratiquaient ce qu’on appelle « la course à l’épuisement ». Dans mon article Pour ce que courir est le propre de l’homme j’ai montré que l’homme n’était certes pas plus rapide que les animaux qu’il chassait mais il leur courait après sur de longues distances et les épuisait. On a vu que les animaux à fourrure ont du mal à évacuer la chaleur. Ils ne le peuvent que par la respiration en haletant, ce qui fait passer de l’air sur leur langue mouillée, mais cela est impossible en courant [10]. Ils finissent donc par s’écrouler et nos coureurs de fond les « cueillent » à ce moment-là.

Ainsi, avec les Tarahumaras, on a sous nos yeux le secret de la réussite de nos lointains ancêtres dans la chasse basée sur la course à pied. fin

Notes

[1] Une théorie d’ailleurs explique l’origine de la bipédie par le fait que les femelles auraient préféré s’accoupler avec des mâles qui les abordaient avec les bras chargés de nourriture, ce que seule la bipédie permettait... http://www.imaginascience.com/actualites/accueil_actualites.php

[2] http://fr.vikidia.org/wiki/Vitesse_....

[3] Coureur jamaïcain de 100 mètres aux multiples titres mondiaux.

[4] Eh oui, la transpiration est inodore. La forte odeur sous les aisselles ou sous les pieds ne vient pas de la transpiration mais des bactéries qui vivent dans ces régions et qui se repaissent de la transpiration. Ce sont en fait les « pets » de ces bactéries dévoreuses de sueur qui produisent l’odeur très désagréable. La sueur émise par les glandes « eccrines » est juste légèrement salée à cause du chlorure de sodium qui la compose.

[5] Curieusement, ces glandes apocrines couvrent tout le fœtus mais à l’âge adulte il n’en reste qu’une petite partie, à certains endroits. Elles s’activent à la puberté. Contrairement aux glandes « eccrines » qui évacuent la sueur par les pores de la peau, les glandes « apocrines » évacuent la sueur par les poils auxquels elles sont associées. Cela explique peut-être que des poils soient restés sans raison apparente dans certaines parties du corps.

[6] Désolé, je n’ai pas trouvé d’autre façon de tourner ma phrase ! Enfin, si, j’aurais pu écrire que faute d’appendice caudal, l’homme a dû développer ses muscles fessiers. C’est plus joli en effet.

[7] Nés pour courir : une tribu inconnue, des superathlètes et la plus grande course que le monde ait jamais connue

[8] http://www.courrierinternational.co...

[9] http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-...

[10] http://www.transpiration-excessive....

N'hésitez pas à laisser votre commentaire !

Commentez cet article

PUBLIÉ LE : 10 décembre 2013 | MIS À JOUR LE : 12 septembre 2014
Ce blog vous plaît ? Aidez-moi à l'animer en me faisant un don
sur le site sécurisé de PayPal :

Infos

Nouveau : des brèves !

Désormais, les articles du blog peuvent être complétés en bas de page par une ou plusieurs brèves, sur des sujets dont j’ai eu connaissance après l’écriture de l’article principal.

lien Voir toutes les brèves

Nouveau : des sondages !

À la fin de certains articles vous trouverez désormais un sondage pour vous permettre de donner votre avis sur la question qui est abordée. Cliquez ! Cliquez !

lien Les sondages du blog

Newsletter
S'inscrire à la newsletter

  • Récit
    Puissant Marc, soldat poète mort à la guerre de 14-18

    Voir

    Témoignage
    Ces vies dont nous sommes faits

    Voir

    Roman
    Comme dit si bien Verlaine...

    Voir

    Théâtre
    Le Dépotoir

    Voir

  • Roman
    La Partition de Morgenstein

    voir

    Théâtre
    La Création du Monde

    voir

    Nouvelles
    Le Temple et autres nouvelles

    voir

  © Christian Julia BlogEspaceConception : On a beau dire ! avec SPIPEspacePlan du siteEspaceSuivre la vie du site RSS 2.0Espace NewsletterEspaceVersion smartphones  
Retour en haut