Accueil du siteEspaceDomainesEspaceSpiritualitéEspace« Un souffle vers l’éternité » de Patricia Darré
22
10
2013

Lecture

« Un souffle vers l’éternité » de Patricia Darré

TAGS : Ame | Civilisation | Ère du Verseau | Esprits | Mal
Modifié le : 18 décembre 2013

Je viens de terminer le premier livre écrit par la médium Patricia Darré. Elle y raconte comment, en 1995, elle entend dans son sommeil une voix qui lui intime l’ordre de se lever et d’écrire. C’est ainsi qu’elle devient médium. Elle est alors journaliste dans une radio du Berry et vient de donner naissance à son premier enfant.

Son livre décrit son dialogue particulier avec le ciel et notamment ses « guides » qui la mettent en contact avec des esprits et des personnes vivantes qu’il faut soutenir, guider.

Les esprits eux-mêmes ont besoin de son aide. Le plus souvent ce sont des êtres qui restent scotchés à la vie sur Terre et ont du mal à s’élever vers la lumière. Le rôle de Patricia Darré est dans ce cas de les aider à résoudre le problème qui les retient dans notre monde.

Ces esprits ne sont pas malveillants ; s’ils cherchent parfois à entrer en contact avec les vivants, ce n’est pas pour leur faire peur, c’est pour obtenir leur aide. Mais il y a d’autres esprits beaucoup plus nuisibles. Patricia Darré en parle aussi.

Ma propre expérience des esprits

Pour moi, l’existence des esprits ne fait aucun doute car j’ai vécu entre 1987 et 1991 une expérience incroyable que je relate dans mon récit Ces vies dont nous sommes faits. J’habitais alors dans un duplex rue de Cambrai à Paris qui s’est avéré être hanté ! Un soir, j’ai entendu des crissements de baskets sur le parquet du premier étage. J’ai cru que l’ami avec qui je partageais cet appartement à l’époque venait de rentrer, mais non, j’étais bien seul... enfin, presque. Plus tard cet ami est arrivé et je lui ai raconté ce bruit insolite. Pas surpris du tout, il m’a avoué que souvent, quand il rentrait dans l’appartement, il entendait du bruit dans mon bureau au premier. Il pensait que c’était moi qui travaillais, mais non, je n’étais pas là.

Cet esprit se manifestait souvent, surtout par des bruits. J’ai consulté une médium à ce sujet qui m’a indiqué que cet esprit était en fait un ingénieur qui restait attaché à ce lieu parce qu’il craignait qu’une cuve sur laquelle l’immeuble avait été construit n’explose. Elle ajouta qu’il hantait aussi l’appartement du 3e étage.

Le plus extraordinaire est que j’ai découvert en menant ma petite enquête que l’appartement du 3e étage était aussi un duplex, sur le même modèle que le mien, et qu’il n’y en avait seulement deux de ce type dans l’immeuble. Et en rédigeant mon récit j’ai découvert qu’effectivement mon immeuble et la cité Michelet qui lui fait face dans le 19e arrondissement avaient été construits à l’emplacement d’une usine à gaz !

Napoléon et Jeanne d’Arc lui parlent

Sur la relation avec les esprits, le livre de Patricia Darré est assez intéressant même s’il n’apporte rien de nouveau. Là où la narration dérape, c’est quand l’auteur commence à dire qu’elle a été contactée par Napoléon qui lui a révélé qu’il n’était pas enterré aux Invalides et qu’il était énervé d’être honoré dans un endroit où il ne se trouvait pas. Patricia Darré raconte qu’elle l’a mis en contact avec ses héritiers pour régler quelques affaires privées familiales.

Idem pour Jeanne d’Arc qui l’a contactée pour rétablir quelques vérités.

Invitée à l’émission de France 2 On n’est pas couché, Patricia Darré s’est fait un peu ridiculiser sur ces contacts avec des personnages historiques. J’ai moi-même été choqué par ces évocations de célébrités. L’auteur croit en la réincarnation. Or, dans cette croyance, ce ne sont pas des egos qui se réincarnent mais des âmes. Une âme a ainsi habité un corps qui a vécu une existence baptisée Napoléon. Mais dès que cette âme meurt, elle se désolidarise de cette identité provisoire. Par principe, l’âme qui a été Napoléon a animé d’autres personnes dans d’autres vies. Cela dit, il est possible que, pour entrer en contact avec Patricia Darré, l’âme en question ait mis en avant la personnalité qui était la sienne dans l’incarnation Napoléon, mais la médium ne présente pas les choses ainsi. Pour elle, c’est Napoléon qui l’a contactée. Point.

Sur d’autres aspects de son livre, Patricia Darré s’est fait attaquer, ridiculiser même. Il fallait s’y attendre avec les deux journalistes qui la questionnaient, mais je trouve qu’elle n’a pas su leur répondre.

Par exemple, Aymeric Caron lui demande comment on peut croire à la réincarnation alors que nous sommes aujourd’hui 6 milliards d’êtres humains, soit plus que la population humaine depuis l’origine. Comment les âmes se sont-elles multipliées ? Patricia Darré répond que les âmes qui s’incarnent sur la Terre ont souvent vécu d’autres expériences que celles de la chair dans d’autres parties de l’univers.

Cette réponse n’est pas une connaissance propre à Patricia Darré. C’est la réponse qu’on fournit généralement à ce genre d’objection. En fait, personne n’en sait rien, et ces sujets sont d’une telle complexité qu’il est difficile d’affirmer avec son aplomb l’existence de tels « systèmes ». Il me semble qu’elle n’aurait pas dû s’enfermer dans une réponse trop précise. Même la science n’est pas en mesure de mettre en avant des affirmations sur le monde, elle se contente de proposer des « hypothèses ». Patricia Darré aurait dû, dans l’ensemble de son interview, être plus circonspecte dans ses affirmations.

Regardez son passage à l’émission On n’est pas couché :

Le monde actuel

C’est à la fin que le livre de Patricia Darré m’a semblé le plus intéressant. Surfant sur la mode de la fin du monde prétendument annoncée par le calendrier Maya pour le 21 décembre 2012, la médium écrit :

C’est en 2012 que commencent à se concrétiser les changements qui amènent l’homme à une nouvelle conscience, à une nouvelle façon de vivre et d’être.

Pour moi, l’année 2008 a marqué le début de ce changement. (...) Beaucoup de gens ont vécu en 2008 un choc, physique ou émotionnel, (un licenciement, un divorce...) qui a amené une nouvelle configuration dans leur vie.

Un certain nombre de symptômes physiques, liés à ces changements, sont ainsi à noter. Nous avons plus d’acouphènes et de démangeaisons dans les oreilles avec la sensation que celles-ci sont bouchées. Nous sommes plus sujets aux vertiges et aux étourdissements, nous avons le souffle court, plus rapide, et une impression de ne pas respirer correctement. Par moment, notre rythme cardiaque s’accélère, notre vision est plus floue. On ressent quelquefois des compressions sur le haut du crâne. Notre sommeil est perturbé et on se réveille plus souvent au milieu de la nuit. Nous sommes fréquemment fatigués, épuisés, avec un grand besoin de repos. Nous avons moins envie de nous lever le matin, les forces nous manquent, la motivation n’est pas toujours au rendez-vous, comme si on passait par des moments de vide. À l’inverse, il nous arrive d’avoir comme des extases, des bouffées mystiques, des états de contemplation. Nous rêvons éveillés, notre esprit divague avec plus de facilité et notre capacité à rester concentré diminue. Nous nous sentons plus stressés que d’habitude et nous avons des envies de changer de cadre, de déménager, de partir. Les voiles se lèvent, les masques tombent et on découvre qui on est vraiment. Les personnes qui nous entourent, ou celles qui occupent le devant de la scène publique, se révèlent telles qu’elles sont. Tous ces symptômes créent une gêne dans nos vies, mais il ne faut pas s’en inquiéter car ils ne vont pas durer. Ces perturbations sont le signe positif du changement à venir. (...)

Notre transformation passe également par une distanciation avec le passé. Ce passé, qui nous a tant mortifié, n’a plus de prise sur nous. Beaucoup de gens expérimentent une rupture avec ce qu’à été leur vie jusque-la. Une séparation, un divorce, des amis proches qui nous suivaient depuis des années et qui disparaissent ou prennent de la distance. À l’inverse, certaines vieilles connaissances, que l’on avait perdues de vue, reviennent comme pour faire ce nouveau chemin à nos côtés. Notre entourage se transforme, on rompt avec ce qu’on était. Si on accepte ces changements, ces ruptures et ces douleurs, on se rend compte que nous changeons rapidement ci que ce qui nous pesait autrefois ne nous pèse plus maintenant. (...)

Si l’homme, à partir de 2012, est moins sous influence et moins guidé, c’est qu’un nouveau pont se fait entre lui et l’au-delà. lui permettant de récupérer les informations dont il a besoin et de redevenir son propre guide. Il a un besoin croissant de se reconnecter à son être intérieur, à son âme, et de redécouvrir tout son potentiel et ses perceptions extra-sensorielles qui ont été dénaturés par la société. Nous sommes tous capable de ressentir et de communiquer avec les morts, de guérir les autres avec nos mains. etc. mais pour retrouver ces différentes facultés qui font partie de notre nature, il nous faut sortir du conditionnement induit par nos sociétés. Or, c’est justement ce conditionnement qui tombe, car le système sur lequel l’homme s’est reposé depuis des années se délite et s’écroule. Les anciennes valeurs disparaissent et il lui faut aller à l’essentiel pour survivre et rebâtir une nouvelle société. Le besoin d’authenticité va chasser le besoin de paraître. Nous devenons plus sincères dans nos actes, nos paroles, dans ce que l’on est. On prend conscience que l’ego, cette projection de ce que l’on voudrait être, est un handicap et nous freine. On se rend compte que notre plus grande puissance, c’est l’esprit. L’âme est en fait le « grand patron » et le mental son « sous-fifre » qui ne fait que radoter. (...)

2012 est donc le début d’un grand renouvellement, et tous les chocs - physiques, psychologiques, économiques - qui sont en train de se produire sur cette Terre sont porteurs d’un message : « Connectez-vous à vous-mêmes, tout ce dans quoi vous avez macéré - l’argent, le travail, les dogmes, cette société matérialiste -, que vous pensiez être la réalité, être une fin en soi, n’était qu’une grande illusion qui va disparaître. Tout ce que l’on crée dans la vie n’est jamais rien d’autre qu’un moyen. La véritable fin c’est l’accession à nous-mêmes. » (...)

Il faut noter que le livre a été publié en 2012. Patricia Darré n’a donc pas « vu » en médiumnité le changement mondial intervenu en 2008 à la suite de la crise des subprimes. Rien de bien nouveau dans ses propos qui reprennent les éléments de l’Ère du Verseau. Mais j’ai trouvé très pertinente cette expression : « Les voiles se lèvent, les masques tombent ».

Car il est exact que depuis 2008 bien des révélations nous amènent à voir la réalité avec un nouveau regard : les politiciens nous mentent effrontément, les sportifs se dopent, l’industrie alimentaire nous vend du cheval pour du bœuf, les animateurs TV se teignent les cheveux, les starlettes se font refaire le visage et le corps, les magazines « photoshopent » toutes les photos, les écrivains se plagient, des responsables religieux trichent sur leurs diplômes, la nation de la liberté, via la NSA, espionne nos conversations privées etc. etc. Tout cela a sans doute existé de tout temps, mais aujourd’hui, toutes ces grosses ficelles nous apparaissent au grand jour. Est-ce l’effet d’Internet ? Peut-être. Les informations circulent aujourd’hui plus facilement, plus librement et plus rapidement. Mais il est possible aussi que nous soyons entrés dans une nouvelle ère de recherche de la vérité et que l’« ère du faux » vive ses dernières heuresfin

3 commentaires

  • Patricia DARRE prétend avoir reçu comme consigne de ne pas monayer son don, mais que fait-elle avec ses livres, émissions de télé, conférences etc...sinon se faire de l’argent facile et exploiter le besoin de croyance humaine ?

    Il y a beaucoup de charlatans dans ce domaine, cette personne est particulièrement habile et son stratagème bien « huilé », voilà tout.

    | 17 décembre 2013 10:48 | Répondre
    • Je n’irai pas jusqu’à dire que Patricia Darré est un charlatan. Son don est très certainement réel. C’est la façon dont elle le médiatise qui pose effectivement problème, et pas seulement à cause de l’argent. Je me demande si elle ne fait pas plus de mal que de bien à la cause qu’elle défend...

      Par : Christian Julia | 18 décembre 2013 00:02 | Répondre
  • Oui je suis d’accord. Je pense que la découverte de son don la fait se sentir exceptionnel alors qu’il n’en est rien. Concernant Napoléon c’est tout aussi possible que ce soit un esprit moqueur. Inférieur. Les esprits inferieurs s’amusent ensuite du résultat. La ou elle se fait ridicule par exemple. Se faire médiatiser etc... La c’est l’ego qui entre en jeu. Moi je la plains.

    | 13 novembre 2016 13:05 | Répondre

Commentez cet article

PUBLIÉ LE : 22 octobre 2013 | MIS À JOUR LE : 18 décembre 2013
Ce blog vous plaît ? Aidez-moi à l'animer en me faisant un don
sur le site sécurisé de PayPal :

Infos

Nouveau : des brèves !

Désormais, les articles du blog peuvent être complétés en bas de page par une ou plusieurs brèves, sur des sujets dont j’ai eu connaissance après l’écriture de l’article principal.

lien Voir toutes les brèves

Nouveau : des sondages !

À la fin de certains articles vous trouverez désormais un sondage pour vous permettre de donner votre avis sur la question qui est abordée. Cliquez ! Cliquez !

lien Les sondages du blog

Newsletter
S'inscrire à la newsletter

  • Récit
    Puissant Marc, soldat poète mort à la guerre de 14-18

    Voir

    Témoignage
    Ces vies dont nous sommes faits

    Voir

    Roman
    Comme dit si bien Verlaine...

    Voir

    Théâtre
    Le Dépotoir

    Voir

  • Roman
    La Partition de Morgenstein

    voir

    Théâtre
    La Création du Monde

    voir

    Nouvelles
    Le Temple et autres nouvelles

    voir

  © Christian Julia BlogEspaceConception : On a beau dire ! avec SPIPEspacePlan du siteEspaceSuivre la vie du site RSS 2.0Espace NewsletterEspaceVersion smartphones  
Retour en haut