Histoire
20
10
2014

Gobekli Tepe, le plus ancien site religieux ?

TAGS : Civilisation | Monolithes | Mort | Turquie
Publié le : 2 juillet 2013 - Modifié le : 20 octobre 2014

Décidément, le lointain passé de l’humanité est rempli d’énigmes qui nous obligent à rectifier sans cesse le regard que nous portons sur nos ancêtres et leur degré de développement.

Ainsi, j’ai regardé hier un étonnant documentaire de National Geographic sur le site de Gobekli Tepe situé en Turquie. Ce site, dont tout laisse à penser qu’il avait une destination religieuse, date de 12.000 ans avant J.-C. — autrement dit de la préhistoire ! Il semblerait que les hommes qui l’ont bâti ne pratiquaient pas l’agriculture. Ils étaient chasseurs-cueilleurs. Malgré tout, leur population était stable. La construction de ce site a en effet demandé plusieurs siècles.

La découverte est importante car on liait jusqu’à présent l’édification de sites religieux avec l’apparition de l’agriculture. L’une pourrait donc aller sans l’autre.

Les hommes préhistoriques qui ont édifié ce site avaient une grande maîtrise de la taille des pierres et pourtant ils ne disposaient que d’outils très rudimentaires.

Le site est composé d’immenses piliers de calcaire dont chacun pèse 10 tonnes. Or, les hommes de cette région ne connaissent pas la roue. Cela pose l’éternelle question : comment ont-ils fait pour transporter, basculer et enficher ces blocs dans leurs socles ? Les explications qui sont données dans le documentaire ne m’ont pas vraiment convaincu.

Cela me fait penser aux statues des Moaï sur l’Île de Pâques ou aux Pyramides d’Egypte. La construction de ces monuments reste assez mystérieuse. Des techniques que nous ignorons encore ont-elles permis de relever ces incroyables défis ?

Ce qui me trouble encore plus c’est que les habitants de ce site l’auraient volontairement enseveli vers 8.000 avant J.-C. Pourquoi ? Cela me rappelle le sort que les habitants de l’Île de Pâques ont réservé à leurs statues, qu’ils ont volontairement renversées et cassées. Pourquoi, à un moment donné de leur histoire, les peuples détruisent leurs dieux ?

Voici un extrait de la description de la vidéo de l’émission :

Un temple préhistorique a été découvert au moyen orient, il est plus plus vieux de plusieurs milliers d’années que les pyramides d’Egypte. Ce site archéologique est daté de la fin de la dernière période glaciaire, à savoir 12 000 ans avant Jésus Christ. Cette période est une étape charnière du passage de l’âge de pierre à notre ère actuelle. Ainsi, l’homme serait sorti de la préhistoire bien avant ce que l’on pensait.

Il existerait donc une civilisation disparue qui a bâti les monuments de Gobekli Tepe (la colline au nombril en turc). Après plus de 15 ans de fouilles, les archéologues ont mis à jour un amas d’énormes piliers de terre décorés d’étranges gravures, composant en réalité un ensemble plus vaste. Les découvertes furent ahurissantes : le site mesure 300m sur 300m ce qui est gigantesque. Les monolithes qui composent le site sacré sont gravés et organisés selon un schéma bien établi.

Que représentent donc ces monolithes ? Sont ce des représentations de Dieux ? si c’est le cas, le site archéologique de Gobekli Yepe est le plus ancien temple du monde, 6 mille ans avant Stonehenge et 7 000 ans avant les pyramides d’Egypte.

Il y a 12 000 ans, les hommes n’étaient même pas censés savoir modeler la terre pour en faire des poteries. Les hommes en ce temps là étaient des chasseurs cueilleurs, antérieurs à l’agriculture qui avait entraîné, pensait on la sédentarisation des populations. Cette théorie est largement remise en cause par la découverte du site antique de Gobetli Tepe, qui prouve que l’homme avait commencé à se sédentariser au moins 1 000 ans avant la découverte théorique de l’agriculture.

Le documentaire de National Geographic

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Facebook

Commentaires

2 commentaires

  • « Les hommes préhistoriques qui ont édifié ce site avaient une grande maîtrise de la taille des pierres et pourtant ils ne disposaient que d’outils très rudimentaires. »

    ET VOUS Y CROYEZ à ce genre de phrases ? Sérieusement ?

    Un conseil d’ami : ALLEZ TOUS regarder LE + RAPIDEMENT POSSIBLE !

    ====>>>> LA REVELATION DES PYRAMIDES <<<=======

    Par : athenien06 | 14 août 2017 03:36 | Répondre
    • J’ai vu ce documentaire. Il est intéressant mais un peu excessif.

      Il est bien évident que face à la construction de monuments comme les pyramides d’Egypte, nous sommes un peu embarrassés. Il n’existe aucun document indiquant comment elles ont été construites. Mais surtout je me pose une question, si les Egyptiens disposaient d’outils perfectionnés pour construire des édifices, pourquoi ne les ont-ils utilisés que pour les pyramides. Pourquoi n’avons-nous aucune autre trace d’autres ouvrages construits avec ces outils ? Pourquoi, s’ils disposaient de technologies très avancées, leur société est-elle restée assez rudimentaire, alors que la simple invention de la machine à vapeur a transformé profondément notre monde au XIXe siècle. C’est là une grande énigme.

      Par : Christian Julia | 22 août 2017 14:00 | Répondre

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

PUBLIÉ LE : 2 juillet 2013 | MIS À JOUR LE : 20 octobre 2014
Article suivant

Le Néandertal en nous

Grâce au séquençage récent du génome de l’homme de Néandertal, nous savons depuis 2010 que nous partageons quelques gênes avec celui qu’on a cru longtemps d’une espèce différente de l’homo sapiens. Cela signifie que les deux « hommes » - l’homo neanderthalensis et l’homo sapiens - ont eu des enfants ensemble. Et il semblerait que ces enfants, dotés de gênes spécialisés dans la lutte contre certaines maladies d’Europe - des gênes hérités de Néandertal - aient seuls survécu. La branche Néandertal n’a donc pas été décimée par l’homo sapiens. Ouf ! Au contraire, il y a du Néandertal en nous. Et sans cet apport, nous ne serions peut-être pas là...

Arte a diffusé le 16 novembre 2012 un passionnant documentaire sur ce sujet, « Le Néandertal en nous », que je vous invite à regarder...

Lire
Les domaines

Spiritualité

Il est naturel de chercher le divin dans la spiritualité. C’est son domaine par excellence ! Mais à force de nous voir nous chamailler à son propos, il est sans doute allé se réfugier au fin fond de l’univers...

Science

La science peut-elle nous aider à mieux cerner le divin ? Les scientifiques n’expliquent que 10% de la matière de l’univers. Peut-être le divin se cache-t-il dans les 90 autres % ?

Psychologie

Si le divin ne nous apparaît pas quand on regarde le ciel, peut-être est-il en nous, dans les méandres secrets de notre inconscient...

Histoire

Pour nous aider dans notre quête du divin, l’exploration de notre lointain passé nous éclairera sans doute sur la façon dont nos ancêtres l’ont perçu, honoré, représenté...

Société

Dans un pays laïc, le divin a dû mal à trouver sa place. Entre dédain et fanatisme, notre société balance et le divin, un peu bousculé, nous donne des signes d’agacement...

Sport

Après avoir cherché le divin en vain dans le ciel, dans notre esprit, dans notre histoire et dans notre société, nous l’avons peut-être enfin trouvé : il est sur les stades, terriblement humain, mais bien présent !...

Retour en haut